Jean-François Vasseur, 6 avril 2013

De la fibre optique à ses usages ordinaires : pour un carrefour du numérique à Amiens

Le département de la Somme, et la Communauté d’agglomération Amiens métropole ont été parmi les premiers à créer un syndicat mixte pour l’aménagement numérique de leur territoire. C’est une question d’équité et d’aménagement équilibré du territoire. Nous disposons d’ores et déjà d’un réseau de fibre optique qui a été intégralement financé par les collectivités.
La question qui se pose aujourd’hui à nos réseaux, c’est « Comment aborder le virage du FTTH ? »

Sur les zones laissées à l’initiative des collectivités, nous ne pourrons déployer le FTTH (fibre jusque l’habitant) que si des opérateurs privés louent nos réseaux pour offrir leurs services à leurs clients. Sur les zones qui relèvent de la seule initiative des opérateurs privés (France Télécom Orange en ce qui concerne le territoire d’Amiens Métropole) les collectivités publiques sont largement désarmées et soumises aux calendriers des opérateurs pour la réalisation de leur réseau et des équipements nécessaires au FTTH.

Cet état de fait doit nous inciter à ne pas trop nous « enflammer » quant à la rapidité des déploiements des réseaux très haut débit. De très nombreux territoires ont aujourd’hui besoin de débit, même si ce n’est pas sur la fibre optique. Et la Montée en Débit, sur cuivre, radio ou satellite doit se faire au plus vite.
Ce constat liminaire montre bien que l’aménagement numérique du territoire et la question du très haut débit renvoient très ordinairement à des questions d’infrastructures, de fibre optique, de montée en débit et de génie civil. Ce n’est qu’un aspect du problème !

Sans méconnaitre cette dimension essentielle du projet, la réalité de l’enjeu se situe dans les usages et les contenus susceptibles de transiter par les « tuyaux » et servir l’intérêt social de nos concitoyens.
Le projet de très haut débit donnera encore plus de force et d’atouts à notre économie, pour rendre encore plus attractif notre territoire et apporter aux usagers, aux entreprises et aux services publics une plus-value supplémentaire et une plus grande efficacité dans l’utilisation de nouveaux services numériques.
Les usages sont essentiels et chacun doit s’y familiariser au plus vite.

A quoi bon faire venir la fibre jusqu’à l’utilisateur final si, parallèlement, on ne donne pas les moyens à nos concitoyens de comprendre les possibilités offertes par les usages de demain. Il est urgent et impératif de porter notre réflexion sur tous les usages possibles du numérique.

Cette réflexion nécessairement collective et participative nécessite un lieu d’exercice, une vitrine de son importance. Lieu de découverte, d’apprentissage, d’expérimentation, d’animation, d’échanges et de sensibilisation. Lieu d’appropriation des nouveaux usages du numérique et de ses nombreuses applications dans la vie quotidienne, dans tous les domaines : les loisirs, la santé, la culture, l’éducation, l’administration. Un laboratoire d’échanges, de brassage des idées et des expérimentations.

Nous proposons :

• L’aménagement d’un Carrefour du numérique, dans Amiens (50 à 80 m2 sont suffisants), espace de démonstration et de familiarisation des usages numériques innovants générés par le Très Haut Débit ;

• Une mutualisation de moyens matériels et humains nécessaires à l’opération avec les partenaires publics : Amiens Métropole, l’Etat, la Région, le Département, Somme Numérique, comme cela existe déjà, par exemple, en matière d’information/sensibilisation à la construction de l’Union européenne…

• Un partenariat avec les opérateurs internet, fournisseurs d’accès, créateurs/distributeurs de logiciels… pour l’animation et la diversification de l’opération.

Mise à jour le 6 avril 2013
comments powered by Disqus