Jean-François Vasseur, 24 décembre 2012

A quand une e-administration efficace pour Amiens ?

Les usages des administrés sont croissants, tandis que les pratiques des internautes évoluent. La gestion de la relation citoyenne à Amiens Métropole accuse de lourds retards. Nous proposons la mise en place d’une plate-forme mutualisée des services de la collectivité.

Les usages des administrés et des internautes évoluent. En outre, les besoins des élus, des services, des usagers sont différents. La relation citoyenne est désormais interactive et transactionnelle. Le service public se modernise et les mutations liées à sa modernisation impliquent de repenser le système d’information des collectivités.
Dans un contexte marqué par des évolutions économiques, sociales et technologiques notables, l’administration numérique permet de :

  • s’adapter aux nouveaux usages, notamment suite au fort développement des médias sociaux et à la diffusion rapide de l’Internet mobile ;
  • faire bénéficier d’une offre de services publics de qualité au plus grand nombre et à moindre coût ;
  • tirer parti des avancées technologiques pour répondre à une exigence croissante des usagers en matière de services ;
  • c’est aussi une considérable source d’économies pour le fonctionnement de la collectivité dans un contexte budgétaire particulièrement contraint.

Il convient de faire passer nos collectivités d’une simple informatique de gestion… à l’administration électronique.

Concernant les usagers, l’administration électronique a progressé à Amiens ces dernières années avec le paiement des factures d’eau, ou des crèches et centres de loisirs d’Amiens. Mais nous pouvons toujours mieux faire pour les administrés et rendre plus efficients les services municipaux.
Notre indigence en matière d’usages numériques n’a d’équivalent que le mépris affiché pour les opportunités portées par ces nouvelles pratiques sociales dans de nombreux domaines, comme l’ouverture des données.

Nous proposons la mise en place d’une plate-forme mutualisée de services pour la collectivité permettant de regrouper aussi bien des services métiers tels que le parapheur électronique, la plate-forme marchés publics, l’archivage électronique que la gestion des accès du type : création web, plate-forme open data) espaces numériques de travail dans les écoles ou encore coffre-fort électronique.

Pour construire cette plateforme, nous envisageons trois hypothèses :
- Un projet porté par un GIE (groupement d’intérêt économique) à l’image de LiberAccés en région Poitou-Charentes ;
- Une solution créée sur mesure par un tiers privé comme dans les régions Bretagne et Bourgogne ;
- Une solution « éditeurs », pas encore exploitée.

Mise à jour le 24 décembre 2012
comments powered by Disqus