PROPOSITION
20 janvier 2013

Quel(s) avenir(s) pour l’industrie sur le territoire d’Amiens Métropole ?

La multiplication des défaillances d’entreprises et l’augmentation du chiffre des suppressions d’emplois, attestent des insuffisances de notre modèle de développement économique. La conjoncture actuelle accentue les faiblesses structurelles de notre territoire (faible niveau de formation initiale, trop de sites sans fonctions stratégiques, poids important de secteurs fragilisés…) Le rôle et la capacité d’action de notre collectivité seule, sont limités, mais il n’est pas question de baisser les bras et de céder à un fatalisme désabusé. Nous devons construire une alternative économique pour les courts et longs termes, en collaboration avec les autres collectivités territoriales.

L’enjeu s’apprécie d’abord en termes d’emplois. C’est un enjeu vital pour nos concitoyens et dont la prise en compte a été insuffisante ces dernières années. C’est aussi un enjeu plus pernicieux : l’affaiblissement des fonctions laborieuses affecte directement le fondement de la ville contemporaine et menace notre identité locale. L’activité productive marchande est la raison d’être des villes et la ville telle que nous la vivons aujourd’hui, même difficilement, n’a pas de justification hors les processus d’accumulation économique.

L’emploi dans l’arrondissement d’Amiens apparaît moins exposé à la crise économique que dans le reste de la Picardie. Les quatre activités les plus représentées, que sont l’administration publique, la santé, l’enseignement et les activités financières, sont dans une situation stable.
L’emploi dans l’industrie a fortement baissé dans la période récente, notamment dans la chimie, caoutchouc et plastique, conséquence de la crise dans la filière automobile. La part de l’industrie dans l’emploi total de l’arrondissement est la plus faible de la région : 14 % des emplois contre 22 % en Picardie. Le tissu industriel est composé d’établissements de grands groupes : les quatre plus grands établissements industriels regroupent un quart des emplois du secteur, soit plus de 4 000 postes.
L’arrondissement d’Amiens est celui où le secteur des services est le plus présent en Picardie : 80 % des emplois de l’arrondissement, 9 points de plus que la moyenne régionale. Cette surreprésentation s’explique par son rôle de préfecture de région et la forte densité de population d’Amiens qui renforce l’économie résidentielle et le secteur public.

Nous proposons :

- Un soutien fort à l’industrie traditionnelle lui permettant de se positionner sur des secteurs de pointe.
- De privilégier une approche « marchés » et une logique d’opportunités (revalorisation de la matière, cycle de vie des produits, éco-construction, …) :

  • Etudier l’opportunité de structurer une filière déchets / retraitement de matière
  • Développer les éco-activités et notamment la construction durable et la valorisation des déchets qui sont des marchés à fort potentiel de croissance et qui peuvent représenter des opportunités pour le territoire ;

- D’accompagner et promouvoir la relation entreprises-écoles, l’alternance… pour renforcer l’attractivité des métiers industriels :

  • Valoriser les formations comme l’ESIEE, qui développe des collaborations avec les entreprises locales
  • Valoriser les métiers industriels : faire une tournée itinérante dans les écoles et collèges pour montrer les métiers industriels
  • Se poser la question des prérequis en matière de compétences (comment inciter les entreprises à baisser leur niveau d’exigences à l’entrée et à utiliser la formation continue en interne ?)

- D’encourager les collaborations sur des projets à fort potentiel notamment à travers de partenariats collectivités-entreprises-laboratoires.

  • Développer le fret ferroviaire (à horizon 2030)
  • Réfléchir au rôle des plateformes multimodales : serviront-elles les industries locales ? seront-elles des facteurs d’attractivité pour faire venir des entreprises de l’extérieur ?
Mise à jour le 20 janvier 2013
comments powered by Disqus