PROPOSITION
Isaias, 18 mars 2014

L’Europe, une chance pour Amiens !

L'auteur(e)

Les fonds européens, en augmentation pour la Picardie et sa capitale régionale, ne sont que le reflet des difficultés socio-économiques de nos territoires. Et si nous en faisions un atout de développement d’Amiens tant sur le plan des infrastructures, de l’innovation au service des entreprises que de la formation des hommes et des femmes ?

Sur la période 2014/2020, l’Union Européenne va mettre à disposition des régions de France plus de 12 milliards d’euros, soit une enveloppe a peu près équivalente au programme qui s’achève et qui portait sur une période équivalente (2007-2013).

Pour la Picardie, cela représente 360 millions pour 7 ans, ce qui constitue un budget en hausse de 11% puisque la région avait bénéficié du programme précédent à hauteur de 325 millions. Il s’agit de la 3éme plus forte augmentation de crédits communautaires parmi les autres régions métropolitaines.

Nous pourrions nous en réjouir, pourtant, cela signifie simplement que notre région est considérée comme étant encore plus en difficulté qu’il y a 7 ans...

Ainsi, nous sommes, au regard de notre PIB, classé dans les 10 régions françaises dites "en transition", ce qui a permis de bénéficier de cette manne financière supplémentaire et qui explique cette augmentation des crédits. Une région "en transition" dans le jargon bruxellois nous classe entre les régions dites "développées "et celles" en retard de développement"... peu réjouissant...

Plus inquiétant, parmi les 10 régions, la Picardie est celle dont le PIB moyen est le plus faible du territoire métropolitain....

Ces constats ne sont pas nouveaux, ils sont récurrents et malheureusement, ils n’évoluent pas favorablement.

De même, dans ce contexte, la gouvernance relative à l’affectation des crédits européens ne s’est pas simplifiée, loin de là...désormais, un porteur potentiel de projet éligible à un programme européen, qu’il relève du FSE ou du FEDER, aura comme "guichet unique" soit la Région, soit l’Etat, soit le Département...en effet, deux autorités cohabiteront dans chaque région ; le Conseil régional pour le FEDER et 1/3 du FSE et l’Etat pour les 2/3 restant du FSE...enfin, le Conseil général pourra être chef de file pour l’inclusion sociale...sous l’autorité de l’État...

Difficile de faire plus simple... ou plus compliqué !

Dans ce panorama complexe, les "chasseurs de prime" sauront comme toujours se positionner au mieux... un bon dossier européen est, pour les gestionnaires, avant tout un dossier bien monté..."administrativement".

Dans cette gouvernance multiple, la capitale régionale devrait être un facteur de promotion et d’accompagnement auprès des porteurs de projet, qu’ils soient publics ou privés.

Ces fonds sont importants pour Amiens, qui permettent :

- de renforcer la compétitivité et l’attrait des régions européennes en soutenant l’innovation, la société de l’information, l’esprit d’entreprise, la protection de l’environnement et la prévention des risques ;

- de favoriser l’emploi, développer la formation et l’insertion professionnelle et lutter contre les discriminations.

Enfin, en matière de coopération transnationale, ils sont souvent le meilleur moyen de transférer d’un état à l’autre, d’une région ou d’une commune à l’autre des pratiques innovantes sur l’ensemble des thématiques citées ci-dessus.

Ce n’est pas la compétence technique qui doit permettre de monter un projet européen, la technicité et la rigueur sont nécessaire mais cela ne doit pas prendre le pas sur le sens de l’action. Faire que les dossiers soient tous sur un pied d’égalité au moment de l’examen de ceux-ci est un enjeu pour notre territoire et ses habitants.

Nous proposons ainsi :

- de diffuser largement auprès de tous les acteurs publics et privés d’Amiens métropole pour permettre une meilleure connaissance des financements communautaires et des opportunités qu’ils offrent...et de façon concrète, sous la forme d’exemples et de bonnes pratiques

- d’apporter aux porteurs potentiels, conseils, accompagnement au montage des dossiers mais aussi et surtout aux bilans qui seuls permettent de percevoir les fonds sollicités en créant une cellule d’accompagnement spécifique

- de capitaliser, en diffusant régulièrement et systématiquement dans les journaux d’Amiens et d’Amiens Métropole, destinés au grand public, sur les expériences et réussites amiénoises, ayant bénéficié des fonds de l’Europe.

En un mot, d’être force de proposition auprès des autorités de gestion pour faire d’Amiens un relais efficace de l’État, de la Région et du Département, en quelque sorte un guichet unique.

Mise à jour le 18 mars 2014
comments powered by Disqus