Emilie Thérouin, 6 mars 2013

Mieux communiquer avec les Amiénois : une exigence démocratique

A Amiens, la communication publique et singulièrement la communication web sont bien souvent négligées, si ce n’est rejetées et caricaturées par le personnel politique. Plus globalement, la communication de la ville est trop souvent perçue comme défaillante ou inégale. Bien trop souvent, la ville communique en réaction, pas pour valoriser l’action. Les Amiénois ont bien trop souvent l’impression qu’ « il ne se passe rien ». Or, ce n’est pas le cas ! Nous exigeons une communication de la municipalité plus lisible et interactive, incitons les élus à être présents « sur le terrain » comme sur le web.

Si l’élection n’apparaît plus comme la seule source de légitimité démocratique, la mission du citoyen ne se finit pas au moment du vote, mais se poursuit en dehors des séquences électorales. Le principe de démocratie continue repose sur les nouvelles formes organisées de la représentation de l’opinion publique : les sondages, les instances de contrôle de la constitutionnalité des lois, ainsi que les médias. Les élus locaux et autres responsables politiques sont ainsi soumis à un « contrôle continu ». Pour ce faire, la communication ne peut plus raisonnablement être perçue comme un simple outil marketing ou partisan, c’est avant tout un préalable à la vivacité de notre démocratie. S’il apparaît indispensable de rendre des comptes sur l’action d’une municipalité et de son usage de l’argent public, de mieux expliquer ses réalisations, ses retards, il convient de repenser la communication à l’aune des usages contemporains de nos concitoyens.
En effet, le web social est devenu en quelques années un incontournable. Sept Français sur dix sont ainsi utilisateurs réguliers du web, tandis que 78 % des internautes communiquent régulièrement via le web 2.0. Depuis 2008, le web a changé : les sites sont beaucoup plus interactifs et offrent des fonctionnalités de partage, Facebook est devenu un phénomène sociétal, Twitter est dorénavant l’outil phare de la communication politique, tandis que d’autres médias sociaux tels qu’Instagram rencontrent un succès populaire. Depuis peu, la communication territoriale prend le chemin du web collaboratif, en remettant en cause la traditionnelle information descendante sans interaction avec les administrés. En dépit de la réalité sociale des usages du web par leurs administrés, toutes les villes n’ont pas investi le terrain de la communication territoriale « version 2.0 ». Il apparaît que les freins restent nombreux : des obstacles internes mais également politiques entravent l’essor d’une communication plus interactive, freins qu’il convient de faire lever.

Les élus locaux sont tenus à l’écart des choix communicationnels et la majorité d’entre eux sont absents du web social. Si la liberté d’expression promue par ces supports irrite certains, il ne faut pas oublier que les batailles amiénoises et partisanes ont également lieu sur le web ! À Amiens, le nombre d’internautes est important eu égard à la taille de notre ville. Aussi, Amiens est l’une des rares villes de France à bénéficier de plusieurs pages non officielles sur
Facebook, étant entendu qu’Amiens métropole n’a pas souhaité développer de page officielle. C’est regrettable pour la relation citoyenne, qui gagne à être renforcée par tous les moyens existants, et que les Amiénois plébiscitent de surcroît. Amiens métropole s’est doté en 2009 d’un service multimédia, qui ne dispose pas à l’heure actuelle de community manager (CM) pouvant prendre en charge toutes les facettes de la communication sur les médias sociaux. Sans définir de stratégie web, un compte Twitter a été ouvert en mai 2011. Faute de CM, le service n’a pas les moyens d’assurer une réelle présence et d’entretenir des interactions sur les médias sociaux. Toutefois, Le service multimédia effectue actuellement une veille sur Twitter autour du mot clé #Amiens Plus récemment, le site portail officiel de l’agglomération a subi un important lifting, prenant acte des réflexes intuitifs des internautes en offrant un moteur de recherches, qui connaît malheureusement quelques dysfonctionnements. Le site n’est toujours pas interactif et il n’existe pas de portail e-administration comme en dispose la ville de Rouen.

Nous souhaitons mettre en place une véritable médiation élus/citoyens aux côtés d’une communication institutionnelle plus dynamique, porteuse de lisibilité et de nos valeurs.

Les Amiénois pourraient être mieux associés et même être des acteurs de campagnes citoyennes. L’ensemble des supports de communication « modernes » doivent être utilisés : affichage, spots audiovisuels, streetmarketing, achats d’espaces publicitaires, web et autres médias sociaux. Nous souhaitons adopter pour l’ensemble de la communication les principes du web 2.0. Ainsi, la collaboration et la coproduction, la simplicité d’accès à l’information et le partage pourraient être transposés aux supports classiques de la communication. Nous proposons que la diffusion papier du JDA et d’Amiens Forum (coût : 3,5 millions €) ne soit plus systématique. Nous souhaitons donner le choix aux administrés d’opter pour une publication numérique. Une newsletter thématique hebdomadaire pourrait également mise en place selon les goûts et les attentes de chaque internaute. La métropole investir les médias sociaux et le web, il convient de se doter d’un communauty manager, ainsi que de désigner au sein du cabinet un collaborateur à même de prendre part dans la veille, l’étude de l’opinion et l’animation.

Au-delà d’une communication institutionnelle plus efficace, nous misons sur une médiation élus/citoyens plus transparente, plus spontanée et plus interactive, qui se veut revivifiante pour la vie démocratique. Aussi, nous invitons les élus à être plus présents et actifs dans la vie « non virtuelle » et sur le web social, pour qu’ils rendent des comptes plus régulièrement de leurs choix politiques.

Le web social et l’ensemble de la communication ne doivent plus être utilisés exclusivement comme des outils de communication personnelle et/ou pour promouvoir des ambitions électorales, aussi légitimes qu’elles puissent être. Mieux communiquer, c’est avant tout une exigence démocratique !

- une communication de la municipalité plus lisible et interactive
- une présence accrue des élus sur le terrain comme sur le web
- la possibilité de recevoir le JDA et Amiens Forum sur un support numérique
- le renforcement du service multimédia par un community manager

Mise à jour le 6 mars 2013
comments powered by Disqus